La question « Qu'est-ce que l'art asiatique ? » prend une importance sans précédent à la lumière de la mission d'Artasiam de promouvoir les artistes appartenant aux communautés asiatiques vivant au Canada. La complexité de cette question repose sur les diverses formulations et théorisations de la classification de l'art.

 

L'art asiatique et ses limites géographiques

L'art asiatique, en tant que catégorie, fait référence à la création artistique produite par des artistes issu·e·s du continent asiatique comprenant quarante-huit pays diversifiés. Cependant, une classification en termes géographiques, bien que techniquement correcte, exclut une multitude de pratiques et de discours artistiques qui ne sont plus intrinsèquement liés au continent asiatique. Ainsi, on constate une pénurie de "[…] cadres d'interprétation des discours artistiques qui sont visibles dans une perspective globale à travers les zones culturelles et temporelles [...]". [1] Dans une telle perspective, l'art asiatique devient un concept limitatif qui s'oppose à la création artistique produite par des artistes asiatiques vivant hors d'Asie.


L'art asiatique entre tradition et modernité

L'art asiatique fait également allusion à un ensemble spécifique de pratiques artistiques étroitement liées à la tradition et souvent utilisées comme divisions curatoriales pour encadrer les expositions d'art asiatique en Asie et dans le monde. Plus précisément, l'art asiatique est principalement connu pour ses bronzes rituels, ses céramiques délicates, ses jades, ses textiles, ses paysages peints poétiques, ses travaux d'orfèvrerie et ses sculptures, ses gravures sur bois et sa calligraphie, entre autres. Cette formulation et théorisation de l'art asiatique par les médiums traditionnels s'appuie sur une classification plus inclusive qui enlève une certaine rigidité au terme « art asiatique » au-delà de la classification géographique. Néanmoins, la conceptualisation de l'art asiatique est trop attachée à ses traditions dans l'inconscient collectif, laissant peu de place aux pratiques artistiques plus contemporaines. En tant que telles, les classifications géographiques et traditionnelles donnent lieu à des problèmes ontologiques similaires.

 

Art Asiatique Contemporain

Le concept de contemporain « […] a une profondeur de sens extraordinaire : le con tempus est entré et reste en usage parce qu'il désigne une multiplicité de relations entre l'être et le temps. [2] Par conséquent, l'art contemporain asiatique s'appuie sur une multiplicité de relations culturellement spécifiques pour naviguer entre la tradition - l'être - et les approches contemporaines de l'art - le temps présent.

Certes, l'art contemporain asiatique continue de maintenir une forte parenté avec ses pratiques artistiques traditionnelles tout en incorporant des éléments exogènes. Un tel développement souligne « la nature très hybride de l'art contemporain venant d'Asie et des autres régions non occidentales ». [3] Cependant, il existe aussi des artistes asiatiques contemporains qui décident de se détacher des pratiques artistiques traditionnelles. Une question demeure : la création artistique produite par des artistes asiatiques n'ayant aucun lien avec l'art traditionnel asiatique ni aucun lien physique avec le continent asiatique peut-elle encore être considérée comme de l'art asiatique ? Par conséquent, qu'est-ce qui caractérise l'art asiatique en tant que tel ?

 

L'art asiatique face à la mondialisation

Jusqu'à présent, le terme «art asiatique» s'est avèré problématique car, tel qu'il a été formulé à l'origine, il ne peut être facilement adapté à la transition rapide vers un monde globalisé qui s'est produite. D'où la nécessité de revisiter le sens du terme et, in fine, de proposer une nouvelle configuration. Dans cette perspective, ce qu'on appelle aujourd'hui l'art asiatique ne peut être simplement lié à la géographie et à la tradition. Cela devrait être une question d'identité. En d'autres termes, une question d'auto-identification des artistes comme faisant partie des groupes ethniques asiatiques. Ainsi, l'autodétermination en tant qu'appartenance à un groupe ethnique asiatique particulier offre un effet libérateur sur ce que peut être l'art contemporain asiatique dans un monde globalisé. Certes, un artiste asiatique peut naître et grandir en dehors de l'Asie, étudier en beaux-arts et créer un ensemble d'œuvres artistiques traditionnelles. D'un autre côté, un artiste asiatique peut naître, grandir et étudier en Asie tout en produisant des œuvres artistiques non traditionnelles.

Les possibilités sont infinies, mais c'est aux artistes issu·e·s des communautés asiatiques et s'identifiant comme tels qui détiennent la capacité de redéfinir ce qu'est l'art asiatique contemporain au-delà d'une origine géographiquement située ou de pratiques artistiques traditionnelles. En fin de compte, les spécificités culturelles des différentes communautés asiatiques, même si elles sont modifiées, réappropriées ou fusionnées à des composantes exogènes, sont toujours évoquées en permanence dans les œuvres des artistes asiatiques « […] car une grande partie de l'art contemporain du monde non occidental fait partie de la scène artistique internationale, mais traite souvent d'histoires culturellement spécifiques. [4]

En réponse à la question soulevée ci-dessus, Artasiam souhaite apporter une réponse par la nature même de sa mission : promouvoir les artistes appartenant aux communautés asiatiques vivant au Canada, quel que soit le sujet abordé ou le médium artistique utilisé. En effet, en offrant un espace dédié aux artistes asiatiques, Artasiam souhaiter remédier au manque de représentation culturelle sur la scène artistique canadienne et également souligner la nécessité de reconfigurer ce qu'est et ce que pourrait être l'art asiatique. En fin de compte, ce qui caractérise l'art asiatique en tant que tel, c'est aux artistes de le décider.



 

Notes de bas de page :

[1] Clark, John. 2014. “The Worlding of the Asian Modern.” In Contemporary Asian Art and Exhibitions: Connectivities and World-making. Antoinette, Michelle, 67-88. Canberra: ANU Press.[

2] Smith, Terry. 2010. “The State of Art History: Contemporary Art.”The Art Bulletin, 93: 366-383.

[3] Desai, Vishakha N. 2005. “Beyond the “Authentic-Exotic”: Collecting Contemporary Asian Art in the Twenty-first Century.” InCollecting the New: Museums and Contemporary Art.Bruce Altshuler, 103-114. New Jersey: Princeton University Press.

[4] Ibid.

Collection Patrimoine Asiatique

Bhavya Dixit, Rise, 2021

Prix ordinaire
$1,000.00
Prix soldés
$1,000.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par 

Jany Young, Pumpkins on the Table, 2020

Prix ordinaire
$650.00
Prix soldés
$650.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par 

Helen Tran, If Not Here, Then Where? III, 2021

Prix ordinaire
de $580.00
Prix soldés
de $580.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par 

Melissa Patel, On The Horizon, 2019

Prix ordinaire
$850.00
Prix soldés
$850.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par 

Par Nair, Hair Etiquette, 2021

Prix ordinaire
$1,800.00
Prix soldés
$1,800.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par 

Khosro Berahmandi, Fœtus de la lune, 2020

Prix ordinaire
de $500.00
Prix soldés
de $500.00
Prix ordinaire
Épuisé
Prix unitaire
par